La technologie entre dans l’industrie automobile : DJI et Huawei

Géants dans leurs domaines respectifs, DJI et Huawei présentent de nombreuses similitudes. Les deux sont basés à Shenzhen, et aucun n’a encore l’intention de devenir public.

La seule différence est qu’ils sont de grands acteurs dans différents secteurs : l’un dans les équipements de communications globales (Huawei) et l’autre dans les véhicules aériens sans pilote ou drones commerciaux (DJI).

Les deux sociétés ont récemment décidé d’entrer dans l’industrie automobile en tant que fournisseurs de solutions logicielles et matérielles tout-en-un pour aider les constructeurs automobiles à créer de meilleurs modèles plus intelligents.

Leur entrée sur le marché automobile

Il y a quelque temps, SAIC-GM-Wuling Automobile a annoncé les résultats de sa collaboration avec DJI avec la sortie officielle du système de conduite intelligente Lingxi. Le système est censé être “capable de détecter et de réagir à tout obstacle”.

Cependant, contrairement à presque tous les fabricants du marché, le modèle Wuling équipé du système DJI n’utilise pas de matériel de capteur LiDAR (détection et télémétrie de la lumière) ni même une puce de conduite automatisée à haute puissance de calcul. Au lieu de cela, DJI a utilisé des algorithmes qu’ils ont développés dans les technologies UAV pour créer leurs propres fonctions de conduite intelligentes pour les petites voitures, leur permettant d’offrir un prix compétitif de 100 000 RMB (14 000 USD) par véhicule.

En revanche, les voitures équipées de Huawei telles que la BAIC Arcfox, la Changan Avatar et la Great Wall Saloon sont des modèles haut de gamme dont le prix se situe entre 300 000 et 400 000 RMB (42 000 à 56 000 USD). Bien qu’ils soient proposés à un prix nettement plus élevé, ces modèles garantissent une base matérielle puissante telle que LiDAR pour des fonctions de conduite assistée haut de gamme.

De cette façon, DJI et Huawei ont adopté deux méthodes différentes – la première est basée sur un bon rapport performance-coût, et la seconde augmente la valeur en fournissant des fonctionnalités solides.

Les motivations pour entrer dans l’industrie

Les motivations de Huawei et de DJI pour entrer dans l’industrie automobile sont presque identiques.

L’activité de smartphones de Huawei a été durement touchée en 2020 en raison des sanctions américaines. Les statistiques d’International Data Corporation, une société mondiale d’information sur le marché, montrent que les livraisons mondiales de téléphones mobiles de Huawei en 2020 ont chuté de 21,5 % en glissement annuel pour atteindre 189 millions d’unités. En conséquence, le chiffre d’affaires des activités grand public de Huawei en 2020 s’est élevé à 482,9 milliards de RMB (67,6 milliards de dollars US), soit une augmentation d’une année sur l’autre de seulement 3,3 %.

L’histoire de DJI est similaire. Bien que la part de marché mondiale du marché des UAV grand public soit importante, elle a diminué en raison des contrôles accrus de l’industrie et des interdictions de vol, et la croissance des revenus de l’entreprise a ralenti. Les données montrent que les revenus et le bénéfice net de DJI n’ont augmenté que d’un chiffre en 2018 et 2019, et que la société n’a pas atteint la croissance annuelle des revenus de 30 % et le taux de croissance du bénéfice net de 33 % d’ici 2020.

Pour ces deux entreprises, l’industrie de la voiture intelligente présente une perspective attrayante car elle en est encore aux premiers stades de développement et a un bel avenir. Selon le rapport 2022 sur les tendances du développement des véhicules intelligents en Chine, d’ici 2025, le volume des ventes de véhicules intelligents de niveau L2 et supérieur en Chine devrait dépasser 10 millions d’unités, ce qui correspond à un taux de pénétration des véhicules intelligents de 49,3 %. La taille du marché des cockpits intelligents devrait dépasser 100 milliards de RMB (14 milliards de dollars US), ce qui en fait un marché prometteur.

Domaines de compétition

Les deux sociétés ont emprunté des voies différentes lorsqu’il s’agit de se diviser le marché des voitures intelligentes. Huawei est parti du secteur haut de gamme, tandis que DJI a pris la voie rentable.

Cela a abouti à une variété de collaborations et de produits des constructeurs automobiles avec lesquels ils se sont associés.

Ceux qui choisissent de s’associer à Huawei ont tendance à produire des modèles haut de gamme à des prix plus élevés. Par exemple, Great Wall Motor, une marque dont le prix moyen des voitures était autrefois de 80 000 RMB (11 200 USD), a lancé un modèle de berline haut de gamme au prix de 488 000 RMB (688 300 USD). Le modèle Salon s’appuie sur le matériel de capteur LiDAR et la plate-forme informatique de Huawei pour prendre en charge ses fonctions intelligentes.

Un autre exemple est Changan, qui a lancé sa gamme haut de gamme Avatar en partenariat avec Huawei, qui vend généralement des voitures à un prix moyen de 100 000 RMB (14 000 USD) l’unité. Le modèle en édition limitée de l’Avatar coûte 600 000 RMB (84 000 USD).

D’autre part, la plupart des marques partenaires de DJI produisent des modèles de milieu de gamme et d’entrée de gamme destinés au grand public. Par exemple, le XPeng P5 équipé de deux LiDAR HAP de la filiale de DJI Livox coûte 209 900 RMB (29 400 USD). Le deuxième modèle équipé de DJI est le Baojun KiWi EV de Wuling, au prix de 102 800 RMB (14 000 USD).

L’effet de leur position actuelle

La différence entre la façon dont les entreprises entrent dans l’industrie automobile est liée à leurs positions actuelles dans leurs secteurs respectifs. Huawei s’est toujours positionné comme un fabricant de produits haut de gamme, les séries Huawei Mate et P sont considérées comme des produits phares dans l’industrie des smartphones. Sa solution Huawei Smart Home surclasse également les autres acteurs du secteur à un prix pouvant atteindre 99 999 RMB (14 000 USD).

En revanche, l’approche de DJI sur le marché des drones s’est toujours concentrée sur les performances de la photographie aérienne, la qualité, le rapport qualité-prix et la facilité d’utilisation. La société a lancé sa série Phantom fin 2012 sur un marché où les drones sont souvent d’un prix prohibitif, en se concentrant sur la mise à disposition des drones au plus grand nombre.

Essentiellement, l’approche de Huawei consiste à augmenter la valeur en intégrant la technologie et les fonctionnalités dans ses produits, tandis que l’approche de DJI consiste à améliorer la rentabilité en utilisant des algorithmes pour compenser les limites de son matériel.

Cette méthode rentable fonctionnera-t-elle pour DJI en dehors du secteur des drones ? C’est difficile à dire avec certitude car la performance et la fiabilité sont souvent des priorités plus élevées dans l’industrie automobile.

La filiale de DJI, Livox, est en mesure de produire des systèmes moins chers car elle utilise un scanner à prisme à double coin dans son système LiDAR, qui comporte moins de composants. Cependant, le compromis est le manque d’informations en temps réel, car le système est plus lent. Un tel système fonctionnera dans des scénarios statiques tels que la cartographie des zones et la sécurité.

Cependant, les systèmes de conduite intelligents sont souvent placés dans des scénarios plus complexes et dynamiques, se déplaçant à des vitesses élevées et faisant face à des conditions routières en constante évolution. Ceux-ci nécessitent des temps de réponse plus rapides et une sensibilité plus élevée de leurs capteurs, ce que le scanner à prisme à double coin de DJI peut ne pas avoir.

Après avoir connu des revers dans l’activité LiDAR, DJI a poursuivi la voie de la performance rentable et a commencé à commercialiser et à vendre des solutions tout-en-un. Actuellement, la société fournit des produits de conduite intelligents qui fournissent des logiciels et du matériel tout-en-un, notamment D80, D80+, D130 et D130+, parmi lesquels D80 et D130 sont principalement des fonctions d’assistance à la conduite de base de niveau L2 et incluent l’ACC (régulateur de vitesse adaptatif) , automatique. – les fonctions suivantes, parking automatique et autres. Les D80+ et D130+ sont des versions plus avancées.

Ces solutions sont également intégrées dans les véhicules de ses partenaires, comme le modèle KiWi EV 2023 développé en coopération avec Wuling, qui dispose du système D80. Cela signifie que le modèle KiWi EV ne peut effectuer une direction assistée qu’à des vitesses inférieures à 80 km/h, et cette fonction couvre principalement les zones urbaines et les autoroutes. L’un des produits les plus simples de la gamme DJI, le D80 n’utilise pas LiDAR ou la cartographie haute définition, et la puissance de calcul de l’ensemble du système n’est que de 16 TOPS (billions d’opérations par seconde).

En comparaison, l’Arcfox Alpha-S HI, développé en collaboration avec Huawei, utilise la plate-forme informatique de lecteur intelligent Huawei MDC (Mobile Data Center), qui dispose d’une puissance de calcul de 400 TOPS et comprend deux puces Nvidia Orin X.

Ce système est également utilisé dans Changan’s Avatar 11, Great Wall’s Saloon, Li Auto L9, XPeng G9 et SAIC Feifan R7.

Différents points de vue

D’un point de vue technologique, l’approche de DJI présente les avantages de faibles coûts et d’une grande évolutivité. La société a porté sa technologie UAV directement dans ses systèmes de voitures intelligentes. Cette technologie est basée sur la vision binoculaire et des algorithmes de nuage de points et est utilisée pour obtenir des informations géométriques, y compris des informations de profondeur, afin de déterminer si les obstacles à venir menaceront la sécurité de conduite, éliminant ainsi la dépendance au LiDAR.

Cependant, cela se traduit par une puissance de perception et de calcul limitée. Les systèmes DJI redonnent le contrôle au conducteur lorsqu’ils rencontrent des scénarios qu’ils ne peuvent pas gérer, ce qui peut être dangereux, surtout si le conducteur est distrait ou suppose que le système peut gérer l’obstacle automatiquement. Un exemple de ceci est le manque de cartographie de haute précision dans le système de conduite intelligente Lingxi, qui oblige le conducteur à contourner les intersections et les travaux routiers inappropriés.

À l’autre extrémité du spectre, Huawei a introduit un système de support complet dans la version Arcfox Alpha-S HI, qui comprend la détection, la prise de décision, la direction, le freinage et la puissance. L’inclusion d’un tel système s’accompagne d’un prix correspondant, mais cela signifie qu’il est suffisamment puissant pour aider la voiture à s’arrêter dans des conditions extrêmes et à faire face à un plus large éventail de scénarios.

Les deux sociétés ont du chemin à parcourir. Si DJI veut rivaliser avec d’autres systèmes de voiture intelligente, sa vision du produit devra peut-être être ajustée. Bien que Huawei ait l’avantage de la production et de l’installation en série de son matériel puissant, il a encore quelques améliorations pour améliorer le logiciel.

Indépendamment de la façon dont les deux entreprises ajustent leur chemin vers l’avant dans l’industrie automobile, l’expérience utilisateur et la fiabilité du système sont essentielles au succès. Qui sortira en tête dans la compétition pour les commandes des constructeurs automobiles dépend de la façon dont ils s’adapteront au cours des prochaines années cruciales.

Cet article est adapté d’un caractéristique écrit à l’origine par Brother Yu et publié dans Box Rice Finance and Economics (WeChat ID : daxiongfan). KrASIA a le droit de traduire, d’adapter et de publier son contenu.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *