La dernière technologie contribue à mettre l’art saoudien sous les projecteurs mondiaux

RIYADH : La technologie et les pratiques traditionnelles se combinent pour aider à rehausser le profil de l’art saoudien sur la scène mondiale.

Avec l’aide d’une société de conception d’expériences immersives, des artistes participant à des événements majeurs à travers le Royaume utilisent des techniques de réalité augmentée, virtuelle et mixte pour présenter leur travail.

Basée à Djeddah, Midwam travaille à la promotion des marques des secteurs public et privé lors de festivals tels que Noor Riyadh, MDLBEAST et AlUla Dates Festival.


Photo par Abdulrahman Alshalhoub

Khalid Al-Muawad, co-fondateur et PDG de Midwam, a déclaré à Arab News : « Nous examinons essentiellement la scène dans son ensemble et partons d’une approche centrée sur l’humain et voyons ce qui peut attirer et attirer les gens vers cette industrie. .”

En collaboration avec Noor Riyadh, la société a travaillé avec quatre artistes saoudiens pour appliquer une perspective high-tech à leurs créations.

Mohammed Al-Sanie, membre senior du département de production de Midwam et artiste contributeur, a déclaré à Arab News : « Dans notre travail ou même lorsque nous travaillons avec des artistes, nous considérons généralement la technologie comme un catalyseur ou un outil. Cela ne devrait pas être la star de ce que nous faisons, cela devrait être un outil que nous utilisons.”


Photo par Abdulrahman Alshalhoub

Artiste des nouveaux médias, le travail d’Al-Sanie est principalement influencé par les années 1980, la science-fiction rétro et le genre de musique électronique synthwave, et vise à expliquer le présent et l’avenir à travers le passé.

L’une de ses œuvres, Colored Dreams, est une installation extérieure à LED qui présente une version alternative de Riyad à travers des boucles vidéo affichées sur un écran encadré de bois, de bardage et d’échafaudages en polystyrène.

HAUTELes lumières

• Midwam Noor Riyadh, basée à Djeddah, s’emploie à promouvoir les marques des secteurs public et privé lors de festivals tels que MDLBEAST et AlUla Dates Festival.

• En collaboration avec Noor Riyadh, la compagnie a travaillé avec quatre artistes saoudiens pour appliquer une perspective high-tech à leur travail.

Il a déclaré: «C’est une esthétique rétro, alors j’ai immédiatement pensé au téléviseur CRT (tube cathodique) dont beaucoup de gens se souviennent peut-être de leurs grands-parents. J’ai eu l’idée de créer une sculpture d’une télévision dont les écrans appartiennent à l’ère moderne, combinant la nouvelle technologie avec l’ancienne.


Photo: Midwam

Son idée était de réinventer l’avenir dans un monde rendu en 3D de teintes chaudes et d’accents de néon, basé sur les téléviseurs en noir et blanc des années 1950 et 1960.

“Le titre de l’œuvre est ‘Colorful Dreams’ et j’essaie d’utiliser ces informations pour influencer les rêves des gens d’une manière positive, heureuse, surréaliste et imaginative”, a déclaré Al-Sanie.

Sous le thème « Nous rêvons de nouveaux horizons », le festival Nur Riyadh a cherché à soutenir l’innovation de la lumière par divers moyens.


L’oeuvre de Mohammad Alfaraj “Avec la lumière je crée la main de l’amour et la tends vers toi” se compose d’un écran et d’une caméra installés à l’extérieur, rien ne se passe.
Jusqu’à ce que le public sorte son téléphone, utilisant la lumière qu’il émet comme un pinceau pour peindre dans l’air. (Fourni par Riyad Art)

Al-Sani a déclaré que son travail visait à trouver un équilibre entre le numérique et le physique, comparant l’ancien et le nouveau Riyad à travers une image rétro-futuriste.

Midwam a également assuré la liaison avec d’autres artistes sur le développement de contenu et la scénarisation de l’expérience.

Dans le cadre de l’initiative 21.39 du Conseil saoudien des arts, la société a travaillé avec Marwah Al-Mugait pour créer une performance de mapping vidéo en 3D.

Al-Muawad a déclaré : « Lorsque vous créez cette expérience, vous devez garder les instructions de cet art en perspective. Ils fournissent des informations extrêmement précises et détaillées sur ce que sera le voyage de cette expérience.


Mohammed Al-Hamdan présente son installation interactive d’éclairage public “Walking Lights” sur le trottoir de la rue Olaya à Riyad.
capter le mouvement des piétons qui passent et le transformer en une expérience immersive de lumière et de son. (Fourni par Riyad Art)

Pour l’œuvre Nur Riyad de l’artiste multimédia Daniah Al-Saleh, Midwam a dessiné, visualisé et aidé à cartographier ses segments vidéo. Il a exploré la résistance aux manifestations publiques d’amour et d’affection dans les sociétés conservatrices à travers des commentaires sociaux.

Plusieurs fausses figures générées par l’IA ont été projetées sur des piliers en synchronisation labiale avec 26 chansons d’amour arabes populaires pour déclarer leur amour dans un espace public.

Al-Saleh a déclaré à Arab News : « Midwam était responsable de la production de mes histoires d’amour sur la place Oud. Ils m’ont été assignés parce que j’avais un peu de cartographie impliqué dans mon travail et ils étaient vraiment pratiques. “Nous avons eu de nombreuses réunions jusqu’à ce qu’ils comprennent exactement ce que je voulais.”

La société a également collaboré avec l’artiste Mohammad Al-Faraj, dont l’œuvre « Avec la lumière, je crée une main d’amour et je l’étends vers vous » nécessite la participation du public à l’aide de téléphones portables, et Mohammad Al-Hamdan, qui a présenté l’installation d’éclairage public interactif « Walking Lumières”. activé par la circulation piétonne.

Entrer sur la scène artistique avec leur travail était essentiel pour que l’entreprise s’appuie sur ses initiatives d’art public pour placer l’Arabie saoudite sur une plate-forme mondiale, impactant les communautés et humanisant les problèmes environnementaux.

“Tout cela est considéré comme des éléments de soft power. Lorsqu’il y a une perspective spécifique sur une population ou un pays qui est complètement limitée à une certaine zone, l’art vient et cela change complètement », a déclaré Al-Muawad.

Al-Sani a déclaré: «L’artiste apporte son histoire à l’œuvre d’art. De plus, le visiteur ou observateur apporte sa propre perception ; c’est une conversation invisible entre le créateur et le public.”

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *