Conduisez prudemment : à l’intérieur du premier pouvoir d’Elon Musk | Technologie

1. En avril, j’étais un peu pressé. Elon Musk n’a pas acheté Twitter ce mois-là. Mais maintenant il y en a. Un retard de six mois qui a probablement coûté des sommes incroyables sur des comptes légitimes et provoqué le chaos au siège de Twitter est terminé. Musk a économisé 0 $ sur le prix d’achat.

2. Depuis 2016 (lorsqu’elle a acheté Dell EMC pour 67 milliards de dollars), cette transaction est la troisième plus importante de l’histoire (après l’acquisition en 2007 de la société texane Energy Future) et la majorité détenue, financée et contrôlée est la plus grande transaction privée. . par un particulier.

3. Cela fait six jours que Musk est entré dans le QG de Twitter avec son bassin (pour qu’il puisse tweeter “laissez cela pénétrer“). Après le rachat de plusieurs milliards, il y a eu plus de changement que d’habitude pour la première semaine, et beaucoup plus d’offres.

4. La première décision de Musk a été de licencier un certain nombre de cadres et de faire appel à la confiance des cerveaux de ses amis pour élaborer ses projets futurs. Parmi les cadres en conserve figurent Vijaya Gadde, PDG, directeur financier et chef juridique responsable de la suspension de Donald Trump et défenseur de la modération.

5. Dans les premiers rapports, il était dit que les cadres recevraient de beaux “parachutes dorés”. Mais Musk n’est pas un homme ordinaire : les licenciements seraient une surprise et une tentative d’éviter les paiements en invoquant de mauvaises performances “pour cause” – une accusation que Musk nie.

6. Son deuxième acte, tout aussi symbolique, a été d’ordonner un changement de la page d’accueil du site. Vous ne le remarquerez que si vous êtes déconnecté : la nouvelle valeur par défaut est l’onglet Découvrir, pas la page d’inscription. En d’autres termes, l’accent est mis sur l’augmentation de l’utilisation passive, et non sur la création de comptes.

7. Le vrai point de ce changement était l’enracinement de l’autorité de Musk. Pas d’examens, pas de groupes de discussion, pas de semaines de débats entre cadres. Il commande le changement ; est effectuée. Les employés doivent comprendre cela, c’est maintenant la façon de travailler.

8. Pour l’avenir, cet aspect de la prise de contrôle de Musk me donne des raisons d’espérer. Twitter – la plate-forme et l’entreprise – stagne depuis une décennie avec une direction qui n’utilise pas le site, ne comprend pas les personnes qui le comprennent, n’a pas de vision et n’a aucune idée.

9. Un leader qui a une vision solide de ce qu’est Twitter, libère l’entreprise d’un comportement de recherche de profit à court terme et peut se concentrer sur le meilleur, peut rajeunir le service et l’aider à survivre et à prospérer à sa place. gravé pour lui-même.

10. Mais… les premières indications sont que Musk n’est peut-être pas ce leader. Loin d’être concentré, ses premiers jours de travail sont caractérisés par le chaos et la confusion. Découvrez trois changements : la révision du code, les frais de révision potentiels et un tableau de modération.

11. Vendredi, les codeurs de Twitter ont reçu pour instruction d’imprimer leurs 30 derniers jours de travail et de les apporter à Musk et de sélectionner les ingénieurs de Tesla pour examen. Avant que cela ne se produise, on leur a demandé de déchirer ce qu’ils avaient imprimé. Puis, et jusqu’à lundi, beaucoup d’entre eux ont été licenciés.

12. Musk aurait ciblé 25% des employés pour les licenciements, et même s’il l’a fait démenti la nouvelle il le fait rapidement, étant donné qu’il essaie de supprimer des emplois avant la vague de primes du 1er novembre : les travailleurs de base ont déjà été licenciés.

13. Mincir une entreprise gonflée pourrait être la bonne chose à faire, mais passer cinq jours d’enquête pour tirer le moins de lignes de code au cours du dernier mois, c’est comme mettre en boîte tous les joueurs de football qui n’ont pas marqué. cette saison. C’est un mauvais signe.

14. Musk a adopté une approche similaire avec un autre projet favori : la vérification. Pourtant, le statu quo est mauvais, avec des “coches bleues” distribuées de manière capricieuse, à mi-chemin entre un symbole de statut et une confirmation d’identité, donnant accès à un niveau de privilège plus élevé. Et encore une fois, il offre le chaos.

15. Malgré la promesse de l’acquisition d'”authentifier toutes les personnes”, Musk a ordonné à l’équipe produit d’introduire des frais de vérification : les utilisateurs doivent s’inscrire à Twitter Blue, le service d’abonnement de l’entreprise, dans les 90 jours, sinon ils perdront leurs ticks.

16. Si l’équipe produit ne l’expédie pas avant le 7 novembre, elle est licenciée. Mis à part la philosophie anti-contrefaçon, à 240 $ par an (le prix de Blue passera de 5 $ à 20 $ par mois dans le cadre du plan), il est difficile de voir comment cela se traduit par un logiciel de qualité.

17. Twitter Blue n’est pas disponible dans la plupart des pays du monde. On ne sait pas ce qui est arrivé aux utilisateurs authentifiés qui n’ont pas pu s’inscrire au service. Il semble juste de dire que c’est le type de question à laquelle il faut répondre avant de fixer un délai de sept jours d’action.

18. Ensuite, il y a la modération. Rétablir la « liberté d’expression » sur Twitter a toujours figuré en bonne place sur la liste des choses à faire de Musk – un utilisateur fidèle qui a déjà flirté avec la suspension, publiant une désinformation à la limite de Covid dans les premiers jours de la pandémie.

19. Il est également de plus en plus influencé par la droite américaine, partageant des tweets hilarants avec des étrangers comme Mike Cernovich, affirmant que Trump devrait être “remis sur Twitter” et publiant des théories du complot sur la tentative d’assassinat de Paul Pelosi (puis le supprime).

20. Ce qui pousse clairement sa vision d’un réseau social moins censuré. Mais au fur et à mesure que le caoutchouc prend la route, il devient clair que Musk commence à comprendre pourquoi chaque grand réseau social a une équipe de modération importante.

21. Avant de finaliser l’achat, Musk a écrit une lettre ouverte aux annonceurs, promettant que le site resterait “chaleureux et accueillant pour tout le monde”. La modération, a appris Musk, n’est pas seulement une conspiration libérale pour faire taire les voix de droite, mais un impératif commercial.

22. Musk a annoncé plus tard la création d’un “conseil de modération avec une grande variété de points de vue” pour rassembler et discuter des “décisions de contenu clés”. [and] Récupération du compte”. À première vue, la proposition ressemble au Board of Control de Facebook : la « cour suprême » des médias sociaux.

23. Mais Musk ne s’est pas engagé sur l’indépendance du conseil d’administration, son droit d’annuler ses décisions ou le montage financier que Facebook a fourni à son conseil d’administration. Il semble que le véritable objectif du conseil dont parle Musk soit simplement le déni.

24. “C’est comme se réveiller tous les jours et se donner un coup de poing dans le ventre”, a déclaré Mark Zuckerberg en août. “J’avais l’habitude de courir beaucoup, mais le problème avec la course, c’est qu’on peut trop réfléchir.” La position du PDG de Meta est unique : pouvoir absolu et culpabilité absolue dans un grand réseau social.

25. Ou était unique. Musk vient de dépenser 44 milliards de dollars pour une expérience que Zuckerberg a frappée, sauf qu’il a pu le faire dans un produit sous-investi et une entreprise non rentable avec un désir évident de plaire aux États-Unis. droit. Je lui souhaite sincèrement du succès.

Un TechScape plus large

Photo : Thiago Prudencio/SOPA Images/REX/Shutterstock
  • Apple a reçu l’ordre de la commission de la concurrence du Japon d’indiquer aux développeurs comment acheter des produits numériques pour les utilisateurs de messagerie. Spotify a essayé de l’utiliser pour lancer un magasin de livres audio pour concurrencer Apple. Pas de dé.

  • La politique stricte de zéro-Covid de la Chine a conduit à un doux euphémisme (£) “production en boucle fermée”, signifiant “les travailleurs seront arrêtés s’ils tentent de quitter l’usine”.

  • “Le régulateur émet un avertissement général sur l’inefficacité des nouvelles technologies” pour la première fois : l’IA émotionnelle n’est qu’un générateur de nombres aléatoires coûteux, prévient ICO.

  • La baisse de 80 milliards de dollars des méta-actions prouve que son plan de métaverse n’a jamais eu de succès. La bataille de YouTube avec TikTok entraîne une baisse des revenus.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *